Make your own free website on Tripod.com

Enter content here

Enter content here

Enter content here

Le sens de l'art 


La maison de l'éclectisme, de l'ouverture et du plaisir



50 avenue Gabriel-Péri. Petite maison de ville de 50 m2 aux murs blancs. Poutres apparentes, bar américain et courette. Rampe d'accès et toilettes handicapés. Visites à partir du 2 mars ( 18h30 ) pour tous les Courneuviens amateurs d'art sous toutes ses formes.



Le décor est encore vierge à une semaine de l'inauguration, mais il tarde aux membres du Comité d'artistes courneuviens de donner vie à leur nouveau lieu dont ils ne comptent surtout pas faire un musée. « À partir du mois d'avril, un artiste exposera ses œuvres pour une période de 15 jours à un mois, en espérant aiguiser la curiosité des gens. Mais « Le sens de l'art » n'est pas seulement destinée aux expos, nous souhaitons en faire un lieu vivant. Elle se transformera aussi en salle de concert. On doit être capable de passer du coq à l'âne et de s'ouvrir à d'autres villes. De la musique traditionnelle à la musique contemporaine. De la sculpture à la photographie. Du figuratif à l'abstrait, » résume Dov Melloul le vice-président de l'association. Le premier mois d'ouverture sera d'ailleurs un condensé de cette démarche puisqu'une œuvre de chaque artiste du comité ( 28 au total ), quelle que soit sa spécialité, sera exposée. Un assemblage hétéroclite qui rappelle la « 2 CV, hommage à Berty Albrecht » ( grande résistante ) réalisée par 16 artistes courneuviens ( À qui son aile, à qui son phare, à qui son capot ). Une œuvre d'art roulante et vrombissante que vous pourrez découvrir également le 2 mars. En attendant chacun apporte son « bébé » et l'on en profite pour découvrir des petits nouveaux comme Éric Aubry, coloriste de Tremblay-en-France. « On est toujours content d'exposer dans sa région. Je suis ici pour faire découvrir une façon de voir la peinture. Pour moi la forme n'est qu'un support pour la couleur. » Le « Totem Massaï » d'Éric prendra peut-être place à côté du plus traditionnel « paysage du village de Thines » de Michel Lamargot. C'est tout le charme d'un lieu où le plaisir sera dans la découverte si l'on en croit le même Michel. « Je suis sûr que je ne vendrai pas ma toile ici. Il faut être honnête, on expose surtout pour le plaisir. Pour permettre aux Courneuviens de découvrir qu'il y a beaucoup de gens qui s'intéressent à l'art dans notre ville. »

Yann Lalande